Paris...à pied, les yeux ouverts, le nez en l'air
ou l'architecture dans tous ses détails

PLAQUES

 Confort - Défense d'afficher - Humour et dérision - Plaques bleues - Variations orthographiques - Divers  

   

sommaire

   

Accueil  

Paris de A à Z

Galeries
bestiaire
boutiques
cariatides
détails
dômes
façades
halls
immeubles industriels
plaques
portes
statues  & sculptures
signatures
divers

Itinéraires

Thèmes

Contact

Liens

 

     

    Confort: pour suivre les progrès  du confort dans les logements à travers les plaques apposées sur les façades; elles avaient un rôle publicitaire puisque la plupart des immeubles étaient des immeubles "de rapport", destinés  à la location; "eau et gaz à tous les étages" est évidemment mieux que "eau dans la maison"; l'abandon de fosses qu'il fallait vidanger pour le tout à l'égout garantit une meilleure hygiène et moins d'odeurs; l'ascenceur (qui implique l'électricité) boulerve la hiérarchie des étages au profit des étages supérieurs, plus lumineux. Ces plaques sont aussi une affirmation du statut des occupants par rapport aux autres, plus nombreux et moins bien lotis.

    Défense d'afficher: les nombreuses façons de faire respecter la loi du 29 juillet 1881 et son avatar, étrangement sorti de l'oubli sur la dernière plaque, du 12 avril 1943.

    Humour et dérision: quelques Parisiens pleins d'humour ont voulu rappeler que la gloire n'était pas réservée aux célébrités et quelques conseillers municipaux s'en sont d'ailleurs offusqué!

    Plaques bleues: les plaques bleues à lettres blanches qui portent le nom des rues ne sont pas toujours bleues et les lettres pas toujours blanches; quand ils ne sont pas absents, les arrondissements sont tantôt en chiffres romains, tantôt en chiffres arabes et il y a bien d'autres variations à découvrir sur la matière, la forme et l'encadrement des plaques, les différentes polices de caractères, l'utilisation des majuscules et des miniscules...

    Variations orthographiques: les plaques  réservent aussi parfois bien des surprises dans l'usage de l'orthographe. Deux exemples parmi d'autres: rue Froidevaux, en moins de cinq cent mètres, lieutenant colonel prend un trait d'union une fois sur trois et sapeurs pompiers deux fois sur trois; quant à la rue du Couédic, trois cent mètres suffisent aux services municipaux pour se perdre  puisque le nom est écrit tantôt en un, tantôt en deux mots, avec ou sans particule (il s'agit de Louis du Couédic de Kergoualec), avec ou sans accent et une fois avec un tréma!

    Divers: les murs parlent, même s'ils sont parfois énigmatiques.